confinement à l'épreuve de la réalité sociale – Jeune Afrique

Au Maghreb, si le confinement total a finalement été adopté comme mesure de protection la plus sûre contre la propagation du coronavirus, son respect par une population largement dépendante de l'économie informelle n'est pas facile.


Les mêmes scènes se produisent dans les grandes villes du Maroc, d'Algérie ou de Tunisie. Pendant la journée, les forces de sécurité patrouillent dans les rues pour chanter le slogan: "Rentrez chez vous! A Alger, de nouvelles barrières de gendarmerie ont fleuri sur les principales autoroutes.

"J'ai été vérifié neuf fois entre mon domicile et l'hôpital de Bouira!", Explique Ali, un médecin, qui parcourt quotidiennement les 100 km qui séparent son domicile de son lieu de travail. Un confinement partiel a été décidé le 24 mars pour les régions d'Alger et de Blida ont été étendues à l'ensemble du pays le 4 avril. Les voisins marocain et tunisien ont opté pour un confinement total les 20 et 22 mars respectivement.

De plus, dans le royaume Cherific, les autorités ne plaisantent pas dans le respect des règles. Au 2 avril, plus de 5 000 personnes avaient été accusées de "violation de l'état d'urgence sanitaire", dont 334 ont été arrêtées, selon le parquet. Ils risquent jusqu'à trois mois de prison. De lourdes amendes sont également prévues: jusqu'à 1 300 dirhams (environ 124 euros) pour le récalcitrant. L'amende est de 3 000 à 6 000 dinars en Algérie (de 22 à 44 euros), et même les récalcitrants risquent une peine de prison maximale de trois jours.

Menaces de persécution pour homicide involontaire

Les sanctions les plus sévères sont en Tunisie. Après l'arrestation de 600 personnes (à partir du 7 avril) pour violation du confinement général et l'arrestation de mille autres personnes pour violation du couvre-feu de nuit, les autorités veulent aller plus loin.

Mercredi, le ministre de l'Intérieur Hichem Mechichi à la Kasbah a menacé de poursuivre les patients qui ne respecteraient pas les instructions du ministère de la Santé: "S'il y a contamination et conduit à la mort, il peut y avoir des accusations criminelles pour homicide involontaire. Cependant, en l'absence de symptômes, de nombreuses personnes ne savent pas qu'elles ont le virus.

A côté de Mechichi, le ministre de la Santé, Abdellatif el-Mekki, lui fait verser des larmes de colère: "Restez chez vous, nous allons au désastre!" Il dit que tous les efforts pour endiguer la pandémie pourraient être vains. Le confinement a été moins respecté ces derniers jours, la courbe de contamination a recommencé à augmenter. Et le taux de mortalité des cas hospitalisés en réanimation atteint 80%. Mais la demande du ministre n'a pas atteint le marché de Sidi el-Bahri, pourtant adjacent au bureau du Premier ministre. "Depuis la création du confinement, nous avons des gens tous les jours", sourit un vendeur de légumes.

Bousculade et queues sans fin

Sous le soleil du printemps, la foule se presse autour des étals, sans masque ni respect des distanciations sociales. Une cliente jure qu'elle est consciente du risque, mais croit que ses prières la protègent: «Après tout, je ne fais rien de mal, juste quelques courses. Sur le trottoir opposé, un policier en civil regarde la scène et hausse les épaules lorsqu'un passant l'avertit du danger de cette foule. Il part pour sa moto de service, un sandwich sous le bras.

La situation est bien pire dans les quartiers à faible revenu, où vivent de nombreux travailleurs non déclarés. À Hay Ettadhamen et Mnihla, deux quartiers pauvres de la périphérie de Tunis, la distribution d'aides d'État a provoqué pendant des jours et des jours des secousses et des files d'attente continues devant les bureaux de poste.

"Protéger Covid-19 est un luxe que seuls les riches peuvent se permettre … Comment garder l'insécurité des personnes qui ont peur de la faim?", S'interroge un pharmacien de Mnihla. Selon l'étude présentée par l'Institut tunisien des études stratégiques (Ites ) et dirigé par la Banque mondiale, 41,5% de la population dépend de l'économie souterraine.

"Impossible de rester à la maison toute la journée"

La situation est particulièrement critique au Maroc, pays avec le taux de travail informel le plus élevé, selon les données publiées en 2018 par l'Organisation Internationale du Travail (OIT): 79,9%, contre 63,3% en Algérie soit 58,8% en Tunisie. De plus, des millions de travailleurs marocains se sont retrouvés, avec des mesures de confinement obligatoires, incapables de subvenir aux besoins de leur famille.

À Takadoum, l'un des quartiers les plus denses de Rabat, Abdellah, un vendeur de rue de 49 ans, erre dans les rues. "L'isolement est nécessaire, admet-il, interrogé par l'AFP, mais il est impossible de rester à la maison toute la journée! Il vit avec sa femme et ses enfants dans" une chambre et une cuisine où le soleil n'entre pas. "

C'est toujours mieux que pour Soufiane, 32 ans, qui partage un appartement de deux pièces avec ses parents et ses cinq frères et sœurs. "Il est surpeuplé et difficile à supporter", a expliqué l'AFP, qui a vendu des vêtements sur un marché voisin il y a quelques semaines. "Conscient de la gravité de la maladie et de l'intérêt de se mettre en quarantaine", il traîne dehors pour tuer le temps, mais ne dépasse pas le périmètre délimité par la préfecture et entouré de barrières de sécurité accusées de contrôler les permis de circulation.

Réseaux de sécurité sociale pour les plus vulnérables

Comme en Tunisie, le Maroc a prévu des mesures pour les populations les plus fragiles. Et en particulier cette catégorie de journaliers, comme Abdellah et Soufiane, qui gagnent leur vie en dehors du circuit économique officiel et qui ne bénéficient d'aucune couverture sociale ou médicale. Le Comité de surveillance stratégique, créé au début de la crise sanitaire, a abordé ce problème après que des mesures initiales ciblant les sinistrés et les salariés ont été déclarées à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Le 27 mars, le programme de premiers secours a été annoncé, financé par le Fonds spécial de lutte contre le coronavirus.

"Cette première vague visait les chefs de famille déclarés dans le plan d'assistance médicale aux personnes économiquement défavorisées (Ramed), explique une source proche du dossier. Il s'agit de la plus grande base de données disponible pour cette catégorie de personnes. Le 8 avril sont Les premiers paiements pour les titulaires de carte Ramed ont commencé le 31 décembre 2019.

Selon le nombre de personnes dans la famille, cette aide à la subsistance varie de 800 à 1 200 dirhams (de 73 à 110 euros), que les quelque 3 millions de ménages inscrits à Ramed ont pu retirer via le réseau d'agences bancaire. et les institutions de paiement. À une somme importante à laquelle s'ajoute l'aide versée aux 3,5 millions de salariés déclarés à la CNSS, qui bénéficiaient d'une allocation mensuelle minimum de 2 000 dirhams en cas d'interruption de travail. Volume total estimé à distribuer: 3 milliards de dirhams.

Cependant, le Maroc est encore loin de compter. La précarité affecte une grande population qui reste à identifier car elle n'appartient à aucune des deux catégories citées ci-dessus. "Si la construction du registre social unifié (MSW) avait progressé plus rapidement, nous aurions actuellement une meilleure visibilité", a expliqué notre source.

Recherché par le roi Mohammed VI, ce MSW était destiné à répondre au problème de l'identification des familles à faible revenu et à rendre plus efficaces les centaines de programmes de soutien et de protection sociale, allant des transferts universels (subvention des biens de nécessité fondamentale) mécanismes de protection et d'aide pour certaines catégories. "L'achèvement de ce projet complexe n'était pas prévu avant 2021", poursuit notre interlocuteur.

Sans cet outil de ciblage précis, le conseil de surveillance cherche donc une solution provisoire. "Les discussions sont en cours, une plateforme électronique devrait être créée pour identifier cette population sur la base de la déclaration", explique notre source. Le chef du gouvernement a promis des annonces, mais aucune mesure n'a été prise jusqu'à présent.

Préoccupation concernant d'éventuelles lacunes

Rien de tel en Algérie, où les finances publiques souffrent fortement de la baisse des prix du pétrole. Si la fonction publique est préservée – 50% de la main-d'œuvre est libérée par le paiement continu des salaires – rien n'est prévu pour le secteur privé, les libéraux et les artisans. "Qui nous fera manger, qui nous fera vivre?" L'AFP Zohra, une mère de 50 ans qui vend du pain, du couscous et des biscuits dans les rues d'Alger, est soucieuse de soutenir le mari au chômage et leurs quatre enfants.

Le 8 avril, l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) a demandé l'aide de l'Etat pour les "petits métiers". "Eux aussi doivent recevoir une assistance et un suivi afin de trouver des mécanismes (d'aide)", a insisté Salim Labatcha, son secrétaire général. Ils sont importants dans notre quotidien et méritent d'être soutenus et pris en considération au même titre que les entreprises. La veille, le Cercle de réflexion autour de l'entreprise (Care) avait demandé d'établir un revenu pour les travailleurs des secteurs privé et informel qui ont perdu leur source de revenu en raison de l'enfermement et de la cessation d'activité.

Le think tank propose une aide mensuelle forfaitaire de 10 000 dinars, accordée pour trois mois et évalue l'impact budgétaire de cette mesure à 150 milliards de dinars. Deux voies de financement sont évoquées: une contribution de solidarité appliquée aux revenus supérieurs à 41 000 dinars – le salaire moyen national – ou l'utilisation exceptionnelle de la création monétaire. Il y a une urgence. Les premiers effets du ralentissement des activités ont conduit, dans différentes villes, à se diriger vers les magasins d'alimentation.

On ne peut pas blâmer le consommateur, qui agit selon son instinct dans un contexte de crise

Préoccupés par les pénuries imminentes ou l'augmentation des prix des matières premières, les Algériens ont accumulé de la semoule. A Blida, la ville du pays le plus touché par la pandémie, la police accompagne les rangs, où les règles de distanciation sociale ne sont pas respectées. Résultat: la semoule a disparu des détaillants et, malgré la disponibilité des stocks, il a été difficile d'obtenir ce produit essentiel, largement subventionné par l'État, pour les consommateurs.

"On ne peut pas blâmer le consommateur, qui agit selon son instinct dans un contexte de crise, surtout s'il vit dans un pays où les carences sont cycliques", justifie-t-il Afrique jeune Nouri Dris, professeur de sociologie à l'Université de Sétif. Mustapha Zebdi, président de la Consumer Protection and Guidance Association, reste sceptique. "Cette frénésie de consommation n'est pas justifiée", a-t-il déclaré au journal en ligne. TSA. Elle a été alimentée par la spéculation et parfois par le manque de communication. "

Reniflant la bonne affaire, en période de pénurie, les intermédiaires intervenant sur la chaîne de distribution ont préféré stocker de grandes quantités de semoule pour les revendre au bon moment et à un prix plus élevé. La police a dû intervenir dans plusieurs villes pour saisir les lots.

Divisions sociales

Dans le même temps, la décision des autorités de contourner le circuit commercial habituel a créé une course aux nouveaux débouchés, y compris aux usines. La présentation d'une pièce d'identité est obligatoire au moment de l'achat. "La panique des consommateurs est difficile à gérer, mais un retour au circuit commercial normal est possible après la première semaine de pénurie", rassure Nouri Dris. Et d'ajouter: "La volonté de l'Etat de monopoliser la distribution et d'apparaître comme la seule alimentation électrique durerait la crise. Et cela accélérerait la propagation du virus, compte tenu de la foule rassemblée dans les quelques points d'achat autorisés."

En Tunisie, si la farine et la semoule sont encore plus rares dans les magasins, rien ne peut effrayer les quelques passants qui osent encore s'aventurer dans les quartiers résidentiels d'El-Manar et d'El-Menzah. Des précautions sont nécessaires. Le port d'un masque, la suppression et la réduction du contact expriment ici la peur du coronavirus. La population, mieux informée, est plus alerte.

Rien à voir avec les scènes observées à Hay Ettadhamen et Mnihla. Le portefeuille bien rempli de résidents locaux permet également l'achat de masques chirurgicaux. Dans la pharmacie, nous rencontrons une dame élégante qui est sortie pour renouveler son approvisionnement en spiruline et zinc, ce qui renforce son immunité. "Pour éviter le risque d'infection, j'évite maintenant les contacts et j'ai changé mon style de vie tous les jours", dit-il. Au cours des dernières semaines, il lui a été interdit de voir ses enfants et petits-enfants. Avec un rire embarrassé, il avoue avoir peur: il a maintenant tous les produits essentiels livrés à son domicile.

Abonné au magazine papier?
Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital
pour accéder au contenu réservé aux abonnés.

confinement à l'épreuve de la réalité sociale – Jeune Afrique
4.9 (98%) 32 votes
 
  • Etc-shop - Plafonnier à l'épreuve de la mousse à l'épreuve des taches
    Luminaire Eclairage d'intérieur Plafonnier d'intérieur Plafonnier à spot ETC-SHOP, Description Plafonnier design en métal et verre albâtre. Ce luminaire de style champêtre présente des feuilles et des vignes en métal rouillé arrondi par les abat-jour blancs du verre d'albâtre. À l'aide de la télécommande incluse, l'illuminant LED RVB peut être réglé en différentes couleurs et assure ainsi un éclairage harmonieux. Par rapport aux luminaires normaux, les projecteurs LED consomment une quantité minimale d'électricité et sont encore moins éconergétiques. Cela protège l'environnement et votre sac à main. Trois luminaires LED RVB de haute qualité, économes en énergie, y compris la télécommande pour la lumière blanche et la commande RGB, sont inclus. Détails Light • Type de lampe: plafonnier • Matériel: métal • Couleur: rouille • Lampshade: verre d'albâtre • Classe de protection: IP20 • Diamètre x Hauteur en cm: 61 x 26 • Douilles: 3x E14 • Lampe incluse: Oui • Lampe électrique: 3x 4 watt • Flux lumineux total: 900 lumens (3x 300 lumens) • Couleur claire: blanc chaud • Alimentation: 220-240V, 50-60Hz • Ce luminaire convient aux lampes de classe énergétique: A ++ à E (sur une échelle de A ++ à E) • Cet appareil est vendu avec des lampes de classe énergétique: A + (sur une échelle de A ++ à E) Détails Source lumineuse • Type de lampe: RGB-LED • Base: E14 • Matériel: métal argenté, plastique • Couleur claire: mode couleur RVB (16 couleurs sélectionnables) • Classe d'efficacité énergétique: A + (sur une échelle de A ++ à E) • Flux lumineux: 300 lm (lumen) • Consommation d'énergie: 4 kWh / 1000h • Température de couleur: 3000 K (Kelvin) • Couleur claire: blanc chaud • Ra 80% • Économies d'énergie: 88% • Consommation électrique nominale: 4 W (watt) • Durée de vie nominale: 15 000 h (heures) • Cycles de commutation: 15 000x • Tension de fonctionnement: 220-240 V (volts) • Fréquence de puissance: 50 Hz (hertz) • Teneur en mercure: 0 mg (milligramme) • Comparaison avec ampoule normale: 6W - 28W • Température ambiante: -20 ° C à + 40 ° C • Dimmable: Oui • Utilisation avec capteur / minuterie possible: oui • Demi-angle nominal: 160 ° (degrés) • Dimensions ØxH en mm: 45x80 • Temps de démarrage jusqu'à 100%: 0,5 sec (secondes) télécommande IR • Sélection RVB (16 couleurs sélectionnables) • Fonction de changement de couleur: différentes vitesses • Dimmable avec télécommande (graduée et fluide) • Fonction mémoire
  • Etc-shop - Plafonnier à l'épreuve de la mousse à l'épreuve des taches de verre
    Luminaire Eclairage d'intérieur Plafonnier d'intérieur Plafonnier à spot ETC-SHOP, Description Plafonnier design en métal et verre albâtre. Ce luminaire de style champêtre présente des feuilles et des vignes en métal rouillé arrondi par les abat-jour blancs du verre d'albâtre. À l'aide de la
  • FREECAM Outdoor Caméra WiFi sans Fil Motion-Activated 720P Caméra de sécurité la Maison à l'épreuve des intempéries
  • ROKOO Caméra IP HD 1080P Basse consommation WIFI solaire Caméra 2MP Extérieure à l'épreuve de l'eau Moniteur d'accueil
  • Bosch DINION IP 4000i IR Caméra de surveillance réseau extérieur anti-poussière - à l'épreuve des intempéries - à l'épreuve du…
  • Rideau de douche à l'épreuve de la moisissure de 1.8x1.8cm, caillou imperméable de rideau de douche de PVC de rideau de douche 3D
  • Bosch FlexiDome IP corner 9000 MP Caméra de surveillance réseau dôme extérieur à l'épreuve du vandalisme-imperméable couleur…
  • HIK VISION Hikvision HiWatch HWI-D120H-M Caméra de surveillance réseau (pas de lentille) dôme extérieur à l'épreuve du vandalisme -…
  • Dahua Lite Series IPC-HDBW1230E-S2 Caméra de surveillance réseau dôme extérieur à l'épreuve du vandalisme - résistant aux…
  • Dahua SD60430U-HNI Pro Series caméra de surveillance réseau PIZ à l'épreuve du vandalisme couleur (Jour et nuit) 4 MP 2592 x…
  • 12 modèles à l'épreuve de la lumière noire de Noël Lampe de projecteur de flocon de neige Décoration extérieur de Jardin Fête
  • Elem Garden Tondeuse à Gazon Électrique 1800 W – 40 cm Bac Récolteur 40 L
    La tondeuse à gazon électrique Elem Garden convient parfaitement aux différents types de terrains d’une surface jusqu’à 700 m² car elle dispose d'une puissance de 1 800 W avec une vitesse à vide de 3 200 t/min. La tondeuse...